D'un cheveu

19/12/2020

Nous connaissons tous la fameuse cuirasse du carabinier Fauveau, transpercée de part en part à Waterloo occasionnant la mort de ce soldat.

Les boulets sont à l'époque parmi les armes les plus létales sur un champ de bataille et ce n'est pas pour rien que le canon est surnommé le brutal par les soldat. Il n'est donc par rare qu'un soldat soit mortellement ou grièvement blessé par un tel projectile lui arrachant un bras, une jambe, la tête, l'éviscérant ou le transperçant. Mais tous les soldats qui ont frôle cette masse de métal ne sont pas morts et ont parfois juste été " caressé " par l'engin, leur occasionnant seulement un traumatisme passager ou un simple ébranlement.

Ce fut le cas du colonel autrichien Franz Adolf Prohaska, baron von Guelfenberg et commandant du 5e régiment de hussards, lors du combat de Castel Guelfo le 13 avril 1814 où un boulet lui a traversé le shako. L'histoire dit qu'il eut une sacré migraine pendant plusieurs jours.

Shako du colonel Prohaska
Shako du colonel Prohaska

L'officier survit à l'incident et deviendra général de cavalerie pour finalement mourir à l'âge canonique de 94 ans en 1862 soit 48 ans plus tard.

Ce shako fait partie des collections du Musée d'histoire militaire de Vienne ainsi que le tableau de l'officier ici représenté où l'on aperçoit le fameux couvre-chef (encore intact).

Franz Adolf Prohaska von Guelfenburg (1768-1862)
Franz Adolf Prohaska von Guelfenburg (1768-1862)