Double glorification

27/12/2020

Le régiment finlandais de la Garde impériale russe (en russe : Финляндский лейб-гвардии полк) fut créé le 12 décembre 1806 à Strelna. C'est en effet à la demande de la famille impériale russe et sous l'autorité personnelle du grand-duc Constantin Pavlovitch de Russie que fut créé un bataillon de la milice impériale. Cette unité militaire regroupait alors cinq compagnies d'infanterie et un peloton d'artilleurs. Les soldats du rang exerçaient la profession d'agriculteurs ou résidaient dans des villages appartenant à la famille impériale. Un grand nombre d'entre eux étaient d'origine finlandaise, natifs de Gatchina, d'Orianenbaum, de Krasnoïe Selo ou de Strelna. (Source wikipedia)

Les représentants des familles russes les plus célèbres considéraient comme un honneur de servir dans ce régiment, les princes et comtes n'étant pas rares parmi les officiers. Et tous, montant l'escalier avant la réunion des officiers du régiment, saluent le monument représentant un simple soldat. Mais qu'a fait le grenadier Leonti Korennoï pour que les officiers lui érigent un monument à leurs frais et se mettent à le saluer ?

Le simple grenadier a accompli son exploit en octobre 1813 lors de la célèbre bataille près de Leipzig, appelée « La bataille des Nations » lequel fut glorifié dans deux des plus puissantes armées de la période napoléonienne, russe et française.

À cette époque, Leonti était déjà un combattant expérimenté, dans un régiment auquel appartenaient non seulement de jeunes soldats, mais également d'anciens combattants aux cheveux grisonnant. Sa poitrine était ornée de la croix de l'Ordre de Saint-Georges, obtenue à Borodino, où lui et cinq de ses camarades s'étaient illustrés face aux Français.

Le régiment finlandais de la Garde s'illustra au cours de la campagne d'Allemagne, où il participa aux batailles de Lützen, Bautzen et Dresde. Entre le 16 octobre et le 19 octobre 1813, les fantassins de ce régiment furent engagés dans une lutte acharnée pour la prise du petit village saxon de Goss situé près de la ville de Leipzig. Dans l'action, une partie du 3e bataillon fut coupée des forces principales et contraint de se battre en demi-cercle, appuyée contre un haut mur de pierres. De nombreux soldats et la plupart des officiers étaient blessés et ne pouvaient pluas gravir eux-mêmes le mur sous le feu ennemi. Le grenadier Leonti Korennoï et d'autres fantassins portèrent alors secours aux officiers blessés, aidant ainsi le commandant du bataillon et plusieurs officiers à franchir le mur, puis avec une poignée de soldats commencèrent à couvrir la retraite de leurs collègues. Au bout de quelques minutes, le grenadier se trouva seul face aux soldats français. Il engagea un combat inégal avec l'ennemi n'écoutant que son courage, armé de sa baïonnette et de son fusil. Les Français voulurent d'abord le capturer, mais le soldat russe, furieux dans le combat au corps à corps, ne se laissa pas prendre. Finalement, le grenadier fut assailli par les soldats français, percé de 18 coups de baïonnette et tomba. Aucune de ses blessures ne fut létale. Admiratifs devant un tel courage, les Français amenèrent le soldat grièvement blessé au poste de secours afin de le soigner. Il survécut à ses multiples blessures.

Napoléon eut vent de l'étonnante endurance du soldat russe et voulut voir un tel héros. Après avoir parlé avec le soldat, il ordonna qu'il fut dûment soigné et libéré pour être rendu à son unité. Napoléon relata également l'exploit du grenadier russe auprès de ses troupes, en le qualifiant de héros, de modèle et d'exemple à suivre pour les soldats français.

Lorsque les blessures du grenadier furent cicatrisées, les Français l'escortèrent jusqu'aux avant-postes pour lui rendre la liberté. Leonti retrouva son régiment, mais quelle ne fut pas la surprise de ses camarades qui le croyaient mort de le revoir gravement blessé, mais vivant. On peut imaginer l'étonnement du commandant russe de son régiment lorsque le grenadier lui déclara qu'il avait été libéré sur ordre de Napoléon en personne. Les dires du soldat furent vérifiés et tout s'avéra exact. L'exploit incroyable du grenadier fut rapporté au commandant en chef et au tsar.

L'exploit du grenadier Leonti Korennoï du peintre russe P.I. Babaev
L'exploit du grenadier Leonti Korennoï du peintre russe P.I. Babaev

Le soldat courageux fut promu enseigne (le plus haut grade de sous-officier) et nommé porte-drapeau du régiment. Il reçut du tsar une médaille d'argent spéciale à porter autour du cou avec l'inscription " Pour l'amour de la patrie ". La chose la plus étonnante à propos de cette récompense n'est pas qu'elle fut personnalisé, mais qu'elle fut décernée à un simple soldat et qu'elle devait être portée autour du cou, soulignant la particularité de l'exploit du soldat.

Les soldats de son régiment lui ont même composé une chanson :

Nous nous souvenons de Oncle Native,

Il vit dans notre mémoire

Il est arrivé sur quel ennemi

À la baïonnette avec les gars ira.

Puis le damassé remue

Le combat de mêlée va bouillir,

Le sang ennemi coule à flot,

Et la racine descend;

Et les ennemis s'émerveillèrent tous devant les troupes,

Comment dans Goss russe privé

Il a sauvé les patrons héroïquement,

Sauvé tout le monde - et a rendu sa tête.

Bonaparte lui-même l'a glorifié,

J'ai envoyé un ordre pour l'armée,

Il a donné l'exemple au russe,

Pour que tout le monde sache.

Ce héros-miracle était petit,

Grenadier de flanc fringant,

Partout, toujours, au combat, audacieux,

Le courage héroïque est un exemple.

Il est surprenant qu'à l'époque où il n'existait pratiquement pas de journaux, l'exploit de Korennoï devint largement connu en Russie. L'artiste Polidor Babaev, né l'année de la bataille de Leipzig, peignit le tableau « L'attaque du grenadier Leonti Korennoï ». Pour les officiers qui se sont distingués pendant la guerre de Crimée lors de la défense de Sébastopol, des revolvers ont été fabriqués à Toula, ornés de dorures avec des dessins gravés à l'eau-forte illustrant l'exploit du grenadier.

L'année 1903, lors de la célébration du centenaire des sauveteurs du régiment de Finlande, un monument en bronze à Leonti Korennoï, représenté au moment de l'accomplissement de l'exploit, futé érigé aux frais des officiers, quatre bas-reliefs situés sur le piédestal du monument représentant des épisodes de l'histoire du régiment. Malheureusement le monument fut démantelé dans les années 30 par les Bolcheviques. Son piédestal survécut jusqu'à nos jours et est actuellement situé à Saint-Pétersbourg dans le parc près du musée de A.V. Suvorov.

L'exploit du grenadier n'est pas oublié de nos jours. De nombreux organismes vétérans et publics de Saint-Pétersbourg sont favorables à la restauration du monument au glorieux guerrier russe, qui a surpris par son exploit à l'époque deux des meilleures armées d'Europe du début du XIXe siècle.